GayLib appelle à voter Emmanuel Macron contre l’extrême droite.

Pour la seconde fois dans l’histoire de la Vème République, le Front National est présent au second tour de l’élection présidentielle. Cette situation est particulièrement grave.

L’extrême droite est incompatible avec les valeurs fondamentales de notre République et de l’Europe.

Consciente de ses responsabilités, GayLib vous appelle donc à vous mobiliser, à faire battre le FN et à voter massivement en faveur d’Emmanuel Macron le 7 mai pour le second tour de l’élection présidentielle.

Nous resterons cependant extrêmement vigilants sur les droits et libertés des personnes LGBTI et de leurs familles, en particuliers sur la PMA et les droits des personnes trans.

Les combats continuent.

Catherine Michaud
Présidente de GayLib
Secrétaire Nationale UDI aux droits LGBT
Conseillère UDI du 2ème arrondissement de Paris

Déportation d’homosexuels en Tchétchénie : une honte pour les dirigeants internationaux

TR : Déportation d'homosexuels en Tchétchénie : une honte pour les dirigeants internationaux

C’est avec horreur que nous avons appris la création de véritables camps de concentration pour homosexuels en Tchétchénie.

Une centaine de personnes présumées homosexuelles sont détenues, et torturées, dans une prison secrète. Trois autres sont déjà mortes. La Tchétchénie commet ainsi un très grave crime contre l’humanité, sans que la communauté internationale ne réagisse.

Ramzan Kadyrov, intouchable dirigeant autoritaire de cette république de la Fédération de la Russie et proche de Vladimir Poutine, va jusqu’à nier l’existence d’homosexuels en Tchétchénie. Son objectif est clair : purger la Tchétchénie de toute personne suspectée d’être LGBT.

GayLib appelle à la mobilisation et à participer au rassemblement inter-associatif et transpartisan, organisé par SOS Homophobie, Amnesty International et l’Inter-LGBT :

Jeudi 13 avril 2017
place de Colombie, Paris 16e
GayLib exhorte également les candidats à la Présidence de la République à prendre position en dénonçant clairement ces crimes odieux.
Catherine Michaud
Présidente de GayLib
Secrétaire nationale de l’UDI aux droits LGBT
Conseillère du 2e arrondissement de Paris

Détention et torture d’homosexuels en Tchétchénie : une honte pour la communauté internationale

C’est avec horreur que nous avons appris la création de véritables camps de concentration pour homosexuels en Tchétchénie.

Une centaine de personnes présumées homosexuelles sont détenues, et torturées, dans une prison secrète. Trois autres sont déjà mortes. La Tchétchénie commet ainsi un très grave crime contre l’humanité, sans que la communauté internationale ne réagisse.

Ramzan Kadyrov, intouchable dirigeant autoritaire de cette république de la Fédération de la Russie et proche de Vladimir Poutine, va jusqu’à nier l’existence d’homosexuels en Tchétchénie. Son objectif est clair : purger la Tchétchénie de toute personne suspectée d’être LGBT.

GayLib appelle à la mobilisation et à participer au rassemblement inter-associatif et transpartisan, organisé par SOS Homophobie, Russie Liberté, Amnesty International et l’Inter-LGBT :

jeudi 13 avril 2017,
place de Colombie, Paris 16e
Plus d’informations sur Facebook

GayLib exhorte également les candidats à la Présidence de la République à prendre position en dénonçant clairement ces crimes odieux.

Catherine Michaud
Présidente de GayLib
Secrétaire nationale de l’UDI aux droits LGBT
Conseillère du 2e arrondissement de Paris

GayLib ne soutient toujours pas François Fillon et demande son retrait

L’UDI qui venait d’acter un accord législatif avec LR, vient de suspendre son soutien à François Fillon. Nous saluons la décision de Jean Christophe Lagarde.

GayLib avait soutenu Alain Juppé lors du second tour de la primaire de la droite et du centre et dénoncé un candidat Fillon sous influence, l’otage de groupuscules ultra conservateurs.

En hiérarchisant les familles et leurs droits François Fillon oublie qu’un candidat à la fonction suprême doit rassembler les français dans leur diversité, pour être le Président de tous les Français et garantir l’unité de la République.

De plus, François Fillon sera dans quelques jours un candidat mis en examen.

GayLib qui n’a jamais soutenu François Fillon, ne le soutient toujours pas l’appelle désormais à retirer sa candidature.

GayLib soutiendra et fera campagne bien sûr pour les candidats UDI aux législatives afin que nous ayons un groupe parlementaire à l’Assemblée Nationale le plus important possible pour porter et défendre nos valeurs humanistes, progressistes et laïques.

Catherine Michaud
Présidente de GayLib
Secrétaire Nationale UDI aux droits LGBT

CP : Gaylib soutient Alain Juppé pour le 2nd tour des primaires

Second tour des primaires : Gaylib soutient Alain Juppé

Lors de ce premier tour de la primaire de la droite et du centre les Français ont choisi de qualifier François Fillon et Alain Juppé au second tour.
Le vainqueur aura le devoir de rassembler les Français autour de sa candidature, de son projet, de ses valeurs et ainsi battre le Front National et l’empêcher d’accéder à l’Elysée.

Nous sommes donc à la croisée des chemins. Quelle France voulons-nous pour demain ?
La vision de François Fillon de la France est dépassée, dogmatique, influencée, et clairement hostile aux personnes LGBT.
Après avoir voté contre la dépénalisation de l’homosexualité, contre le PACS, contre le mariage pour tous, il veut maintenant réécrire la loi Taubira, sortir la France de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, et limiter l’accès à l’IVG pour les femmes.

Nous voulons une France unie, rassemblée, fraternelle. Alain Juppé saura garantir le respect des Français dans leur diversité.
GayLib appelle à voter et faire voter massivement pour Alain Juppé ce dimanche 27 novembre 2016, qui saura porter les valeurs libérales et humanistes du centre droit, réaliser l’alternance et faire battre l’extrême droite en 2017.

Catherine Michaud
Présidente de GayLib
Secrétaire Nationale UDI aux droits LGBT

"</p

CP CEC commission Sénat

Paris, le 22/09/2016

Communiqué de presse

Le projet de loi de « modernisation de la justice du XXIe siècle » revient au Sénat en commission.
Il fera l’objet d’une nouvelle lecture avant d’être renvoyé une dernière fois à l’Assemblée nationale.

Ce texte, à travers son article 18 quater, aborde le Changement d’Etat Civil (CEC) des personnes trans.

GayLib rappelle être favorable à un CEC libre, gratuit, réalisé en mairie.
Nous demandons en effet la démédicalisation et la déjudiciarisation totales des procédures.

Le rapporteur UDI Yves Detraigne a présenté hier en commission des lois plusieurs amendements conservateurs et rétrogrades qui nous interpellent. Ceux-ci rétablissent des conditions médicales inacceptables pour le CEC : par exemple, toutes procédures médicales seraient fortement recommandées, sous peine de ne pas avoir une « apparence » physique jugée satisfaisante.
Ces conditions subjectives ainsi que le maintien d’une procédure judiciarisée continueront à engendrer des disparités de traitement dans les procédures de CEC et à rendre les décisions des juges encore trop arbitraires.
Cet amendement s’attaque également à la filiation des personnes trans : celui-ci empêche d’établir la filiation avec l’enfant sous la nouvelle identité du parent trans.
Enfin, les mineurs émancipés sont écartés des procédures.

GayLib s’inquiète de ce retour en arrière et ne soutient pas ces amendements en totale incohérence avec ceux déposés par Chantal Jouanno et soutenus par le groupe UDI-UC au Sénat en septembre 2013 dans le cadre du texte Égalité Femmes-Hommes, qui portaient un CEC comme nous le défendons.

Nous préparons l’examen de ce texte en séance publique et nous resterons attentifs aux débats, à la défense des droits et intérêts des personnes trans.

Catherine Michaud
Présidente de GayLib
Secrétaire Nationale UDI aux droits LGBT

Journée Mondiale du don de sang : l’hypocrisie du Gouvernement exclut toujours les gays et bi masculins.

Le 3 avril 2015, le groupe UDI à l’Assemblée Nationale, sur l’initiative du Député Arnaud Richard et de Gaylib faisait voter l’amendement suivant « nul ne peut être exclu du don de sang en raison de son orientation sexuelle ».
Le lendemain, Marisol Touraine s’en félicitait sur Twitter alors qu’elle avait demandé initialement son retrait et que ce sujet n’était même pas abordé dans son projet de loi Santé.

La Ministre a publié le nouvel arrêté le 10 avril dernier, sans respecter le fondement de l’amendement et permet aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) de donner leur sang après un an d’abstinence sexuelle.

Nous rappelons que l’Italie a autorisé en 2001 le don de sang aux HSH aux mêmes conditions que pour les hétérosexuels et n’a eu aucune contamination depuis.

En dupliquant les systèmes anglais et américain avec cette condition ubuesque d’abstinence sexuelle d’un an, Mme Touraine renie ainsi la parole du candidat Hollande qui affirmait en 2012 qu’il mettrait fin à cette discrimination puisqu’elle n’avait aucun fondement scientifique.

L’hypocrisie du Gouvernement est d’autant plus cruelle en cette journée mondiale du don de sang lorsque l’on sait les critiques qu’elle a connues aux USA au lendemain d’une attaque terroriste effroyable contre la communauté homosexuelle qui a dû en raison de cette condition identique de don se contenter de regarder les autres aller donner leur sang.

GayLib rappelle qu’elle est favorable à un don de sang basé sur l’analyse du comportement à risques ou non du donneur avec les mêmes critères pour l’ensemble de la population (même partenaire sexuel pendant 4 mois).

Catherine Michaud
Présidente de GayLib
Secrétaire Nationale UDI aux Droits LGBT
Conseillère du 2ème arrondissement de Paris

CP attentats Orlando

GayLib condamne avec la plus grande fermeté les attentats d’Orlando dans une boîte de nuit gay.
Revendiqués par Daech, l’organisation terroriste marque à nouveau son homophobie primaire.

Nous continuerons à nous battre pour les droits et Libertés des personnes LGBT, et ne cèderons jamais aux menaces.

GayLib était présent ce soir au rassemblement à Paris et a demandé à Anne Hidalgo d’éclairer la Tour Eiffel aux couleurs arc-en-ciel en hommage aux victimes.

Catherine Michaud
Présidente de GayLib
Secretaire Nationale UDI aux Droits LGBT
Conseillère du 2ème arrondissement de Paris

Changement d’état civil (CEC) des personnes trans : chantage du Gouvernement

Jeudi 19 mai, l’amendement sur le CEC des députés PS était débattu. Le Ministre de la Justice n’a accepté de le soutenir qu’à la condition qu’il soit modifié par trois sous amendements du Gouvernement.

Ces sous amendements prévoient que la demande de CEC soit examinée par le Président du Tribunal de Grande Instance (et non par le Procureur de la République), intègrent la possession d’état, et la personne trans devra prouver par un « faisceau d’indices » qu’elle vit de manière « sincère et continue » dans le sexe opposé.

On ne peut que déplorer que les personnes trans aient à vivre l’humiliation d’aller devant un juge pour cette procédure ; mais également s’inquiéter de l’appréciation arbitraire de la notion de « sincère et continue » de la part du juge.

Nous dénonçons de nouveau une demie mesure qui ne répond ni aux attentes ni aux besoins des personnes trans, que les associations trans et nous-mêmes développons et expliquons depuis des années. Ces sous amendements sont un pas en arrière, encore moins courageux que l’amendement initial.
Le Gouvernement a légiféré à minima en perspective d’une condamnation probable de la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

Catherine Michaud
Présidente de GayLib
Secrétaire Nationale UDI aux droits LGBT

CP Changement d’état civil (CEC) des personnes trans : un amendement sans courage ni engagement

Ce jeudi 12 mai, des députés socialistes ont déposé un amendement dans le cadre de « l’action de groupe et l’organisation judiciaire » relatif à la modification de l’état civil des personnes trans. Sous couvert de recherche d’efficacité et de compromis, les législateurs ont agi dans l’urgence et la désorganisation et proposent ici un amendement incomplet.

La France est en effet sous la coupe d’une nouvelle condamnation par la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) quant aux critères de modification de l’état civil qui entrainent une violation du droit des personnes selon la Convention des Droits de l’Homme.

Après une proposition de loi non inscrite à l’ordre du jour, un amendement rejeté en commission par le Garde des Sceaux, GayLib déplore un manque de volonté politique malgré les promesses présidentielles.

En substance, ce nouvel amendement ne répond pas entièrement aux revendications portées depuis des années par les associations trans et nous-mêmes en faveur d’un changement d’état civil libre, gratuit, démédicalisé et déjudiciarisé.
En effet, la procédure de changement d’état civil reste sous la coupe du Procureur, ce qui fait peser un risque de disparité de traitement dans l’analyse des cas.

De plus, malgré l’abandon des critères de stérilisation et de médicalisation de parcours (suivi psychiatrique, etc), la démédicalisation reste partielle. Si l’absence de preuves médicales ne peut suffire pour motiver un refus, les demandeurs de changement d’état civil sont incités à produire des preuves médicales, ce qui peut mener à une surenchère de production de preuves afin de minimiser les risques de rejet.

Il est tout de même à noter que certaines revendications ont été prises en compte : la procédure est déclarative, le délai de réponse est encadré dans le temps (3 mois) et le refus du procureur doit être motivé.

GayLib regrette cet amendement qui n’est suffisamment protecteur et respectueux des personnes trans. La majorité socialiste saupoudre de nouveau les droits et libertés des personnes LGBT et présente une mesure incomplète et insuffisante.
GayLib demeure favorable à un CEC libre, gratuit, démédicalisé, réalisé en Mairie comme la Sénatrice UDI Jouanno l’avait déjà porté en 2013 (amendements rejetés par la Ministre Vallaud-Belckacem).

Il s’agit d’une nécessité pour lutter contre les discriminations et garantir le respect des personnes trans.

Catherine Michaud
Présidente de GayLib
Secrétaire Nationale UDI aux droits LGBT