Participez à l’enquête de l’Ined sur les LGBT

Participez à l’enquête de l’Ined sur les LGBT

L’Institut national d’études démographiques (Ined) lance aujourd’hui une enquête sur les modes de vie, la santé et les situations d’insécurité des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et trans (LGBT).

Cette enquête s’appuie sur un questionnaire en ligne sur un site dédié Participez à l’enquête de l’Ined sur les LGBTaccessible jusqu’à fin mars 2016.

L’enquête de l’Ined pour les LGBT s’adresse à toutes les personnes LGBT âgées de 18 ans et plus : les femmes ayant des relations sexuelles avec des femmes, les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, les personnes trans, quelle que soit leur sexualité, toute personne se définissant comme lesbienne, gay, bisexuelle, et/ou trans.

Elle a pour objectif de mieux connaitre les conditions de vie et les parcours des LGBT afin de rendre compte de la diversité des situations, de les comparer à celle de la population générale, tout en restant attentif aux enjeux de santé et aux difficultés spécifiques auxquels les personnes LGBT sont confrontées. Quelles sont leurs trajectoires conjugales et professionnelles ? Quels rapports entretiennent-elles avec leur famille, leurs collègues de travail ?

Le questionnaire en ligne est composé de plusieurs volets – le profil sociodémographique (âge expériences conjugales et sexuelles, parcours scolaire et professionnel), l’état de santé, les espaces de vie (études, travail, couple, famille) et les expériences au cours de la vie – et nécessite une quarantaine de minutes avec la possibilité de le remplir en plusieurs fois grâce à un mot de passe.
Les résultats de cette enquête permettront de mieux comprendre le mode de vie des LGBT, d’éclairer sur les évolutions de leur santé et leurs difficultés face aux différentes formes d’insécurité, notamment celles liées à la LGBTphobie. Les premiers résultats statistiques seront rendus publics en 2017.
Cette enquête est coordonnée par une équipe de chercheurs de l’Ined avec le soutien des pouvoirs publics et de nombreuses associations LGBT.

Comment participer à l’enquête Ined LGBT ?
Il suffit de se connecter sur https://www.ined-lgbt.fr/index.aspx?Origine=NGAL000, de s’informer et de remplir en toute confidentialité, le questionnaire en ligne (mode de vie, santé, situations d’insécurité).
Grâce à votre participation, vous contribuerez à la richesse et à la qualité des résultats d’une grande enquête de recherche.

L’INED est un organisme public de recherche spécialisé dans l’étude des populations de la France et des pays étrangers. Par une approche ouverte de la démographie, il mobilise un large éventail de disciplines comme l’économie, l’histoire, la géographie, la sociologie, l’anthropologie, la biologie, l’épidémiologie. Fort de ses 10 unités de recherche, il encourage les échanges et conduit de nombreux projets de recherche européens ou internationaux.

 

2ème tour des Régionales : votez, faites battre le Front National

Le premier tour des élections régionales a vu le Front National arriver en tête dans 8 régions métropolitaines.
 
L’abstention a été forte, beaucoup trop forte. Avons nous oublié que nous avons la chance de pouvoir voter, la chance de vivre dans une République démocratique?
Plus qu’un droit, voter est un devoir citoyen.
 
Alors ce dimanche 13 décembre, nous vous appelons à aller voter, massivemen t. Nous vous appelons à faire barrage au Front National que nous ne considérons pas comme un parti républicain.
Notre République se fonde sur la portée universelle des valeurs de Liberté, d’Egalité, de Fraternité, et de Laïcité. La vision étroite, auto-centrée, nationaliste du Front National de ces valeurs en constitue une déviance. La xénophobie inhérente à la pensée du Front National fait de la Laïcité un instrument de rejet, à l’opposé de ce qui est une valeur humaniste, inclusive et plus que jamais nécessaire à notre société, et dont nous fêtons le 110e anniversaire.
 
Enfin, le Front National n’a jamais été un allié pour les personnes LGBT, bien au contraire. Le Front National n’a jamais été et ne sera jamais « gay friendly ».
 
GayLib, tout en réaffirmant son soutien aux candidats UDI, appelle à voter pour toutes les listes qui, partout en France, empêcheront le Front National d’appliquer son programme mortifère pour notre vivre ensemble républicain.
 
La République vous appelle, réagissez, aux urnes !
 
Catherine Michaud
Présidente de GayLib
Secrétaire Nationale UDI aux droits LGBT

Don du sang : Marisol Touraine remplace une interdiction par une discrimination

Le candidat François Hollande déclarait : Il n’y a pas de « population à risques », mais des « pratiques à risques »

En 2015, devenu Président de la République, il renie son engagement d’ouvrir le don de sang aux Hommes ayant des relations Sexuelles avec des Hommes (HSH) aux mêmes conditions que pour les hétérosexuels.

Désormais les HSH pourront donner leur sang après 12 mois d’abstinence sexuelle.

GayLib rappelle qu’en avril dernier suite à son audition par Arnaud Richard (UDI) ce dernier avait porté l’amendement suivant : « nul ne peut être exclu du don de sang en raison de son orientation sexuelle » au projet de loi Santé actuellement en débat ; amendement supprimé en commission  au Sénat et rétabli en séance par Olivier Cadic (UDI).

En instaurant des conditions particulières et dédiées au don de sang des seuls HSH, l’arrêté de Madame Touraine ne respecte donc en rien l’esprit de cet amendement.

La position adoptée par la Ministre est d’autant plus surprenante eut égard aux pénuries de sang constatées régulièrement par l’Etablissement Français du Sang.

Ce gouvernement socialiste met doncfin à une interdiction pour la remplacer par une discrimination.

GayLib condamne le manque de courage et l’hypocrisie de l’exécutif socialiste et n’exclut pas d’engager toute procédure utile afin de faire respecter les principes fondamentaux protégés par notre Constitution.

Catherine Michaud

Présidente de GayLib

Secrétaire Nationale UDI aux Droits LGBT

GayLib rejoint le Centre LGBT Côte d’Azur

Nous avons le plaisir de vous annoncer que GayLib développe sa présence et son travail en PACA, en adhérant au Centre LGBT Côte d’Azur !

GayLib devient ainsi la 23ème association à rejoindre le Centre LGBT Côte d’Azur ; nous en sommes très heureux.

Hervé Cael notre délégué à Nice y représentera GayLib.

CP suite vote amendement don du sang au Sénat

L’amendement du Sénateur UDI Olivier Cadic, repris par le Groupe UDI au Sénat, visant à rétablir l’article 7bis dans le projet de loi santé actuellement débattu en séance a été voté cette nuit par 24 voix pour (19 contre). L’article 7bis stipule que « nul ne peut être exclu du don du sang en raison de son orientation sexuelle ».

GayLib, mouvement associé à l’UDI, se réjouit de ce vote et est fier du travail de synergie réalisé depuis des mois avec les Groupes parlementaires UDI à l’Assemblée Nationale et au Sénat pour mettre fin à cette discrimination visant les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH). Nous sommes heureux que les parlementaires aient entendu que le comportement à risque ou non du donneur doit prévaloir sur la notion de population à risques, ceci dans l’unique intérêt sanitaire et sécuritaire des receveurs.

La Ministre de la Santé doit prendre ses responsabilités, et publier un arrêté annulant celui du 12 janvier 2009 et ouvrir le don du sang aux HSH.

Catherine Michaud
Présidente de GayLib
Secrétaire Nationale UDI aux Droits LGBT

Don du sang des homosexuels : recul incompréhensible du Sénat

Alors que l’Etablissement Français du Sang (EFS) s’alarme du manque de donneurs dans un contexte où il manque en France 25 000 poches pour faire face aux demandes présentes, nous avons appris avec consternation le recul que vient de faire subir la commission des Affaires Sociales à l’avancée en terme de don du sang pour les hommes homosexuels et bisexuels. En effet, le Sénat a retiré du projet de Loi Santé l’amendement des députés de l’UDI défendu par M. Arnaud Richard qui avait pourtant été adopté à l’unanimité à l’Assemblée Nationale.

Cet amendement a d’ores et déjà mobilisé le Ministère de la Santé autour de acteurs politiques, administratifs, associatifs et organismes de la société civile concernés, lors de plusieurs réunions, pour traduire dans les faits les dispositions qui avaient été votées dans le respect absolu du principe de sécurité sanitaire.

Nous prenons donc acte de la décision du Sénat, mais, compte tenu des enjeux, continuerons à travailler à ce que cet amendement soit rétabli lors de l’étude du texte en séance au Sénat à partir du 14 septembre prochain. Si cela ne pouvait se faire, nous reporterions à nouveau nos espoirs vers l’Assemblée Nationale.

Rien n’entamera en l’espèce notre détermination.

Catherine Michaud Présidente de Gaylib.

Journée mondiale du don du sang : amendement du député UDI Arnaud Richard

A l’occasion de la journée mondiale du don du sang, ce dimanche 14 juin GayLib se félicite de l’amendement du député UDIArnaud Richard voté à l’unanimité le 3 avril dernier ouvrant le don du sang aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH). 

Nous rappelons notre exigence de voir cet amendement se concrétiser rapidement par un arrêté ministériel ouvrant le don du sang aux HSH aux mêmes conditions que pour les hétérosexuels, sans période d’abstinence. 

Catherine Michaud, Présidente de GayLib 

amendement du député UDI Arnaud Richard

l’UDI nomme une Secrétaire Nationale aux droits LGBT

Le Bureau Exécutif de l’UDI m’a nommée Secrétaire Nationale aux droits LGBT.
Ce Secrétariat National devra être l’occasion d’amplifier le travail réalisé au sein du parti et au delà sur les sujets relatifs aux droits des personnes LGBT.

Jean Christophe Lagarde, Président de l’UDI, réaffirme ainsi son attachement au respect des LGBT et à la lutte contre les LGBTphobies.

Catherine Michaud
Présidente de GayLib

Don du sang : vers la fin de la discrimination ? Une première étape franchie

Communiqué de Presse

L’Assemblée Nationale vient de franchir un cap important vers la fin de la discrimination des hommes homosexuels et bisexuels en adoptant à l’unanimité l’amendement présenté par les députés de l’UDI et défendu avec pugnacité par M. Arnaud Richard.

Depuis 1983, les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes sont en France systématiquement écartés à vie du don du sang, et de fait considérés comme une population à risque. 32 ans plus tard, compte tenu des progrès scientifiques mais aussi de l’importance de la responsabilité individuelle, cette exclusion n’a plus de raison d’être. C’est bien le comportement de chaque donneur qu’il faut analyser et non son orientation sexuelle.

Cette avancée historique n’est cependant qu’une étape et nous resterons vigilants afin que la ministre de la santé Marisol Touraine, qui a finalement soutenu cette position après avoir demandé le retrait de l’amendement à défaut d’un avis défavorable, tienne au plus vite ses engagements sur une modification rapide du questionnaire afin que les critères d’exclusion soient les mêmes pour tous. Car pour le moment elle semblerait se diriger vers les positions appliquées par exemple au Royaume Uni qui, depuis 2011, en fait d’égalité, pratique une différence insidieuse et absurde en ayant étendu à un an le temps d’abstinence pour les hommes gays et bisexuels dans le cadre du don du sang. Il est bien entendu hors de question d’accepter cela quand on sait que nos voisins Italiens pratiquent, depuis 2001, les mêmes critères pour tous à savoir 4 mois d’exclusion temporaire en cas de changement de partenaire.

C’est notre revendication, c’est cela que nous continuerons à défendre avec force en ayant à cœur d’être efficaces pour tous.

Catherine Michaud, Présidente de Gaylib Vincent Viollain, Président Délégué de Gaylib

Don du sang : Marisol Touraine ne doit pas se cacher derrière l’avis du CCNE

Il nous était promis depuis des mois…tout ça pour ça ! Le CCNE a donc rendu son avis sur l’ouverture du don du sang aux homosexuels, reconnaissant que le précédent, datant de 2002, où il préconisait de changer la sélection des donneurs en considérant non pas la seule orientation sexuelle mais le comportement à risque du donneur n’avait pas été suivi par le gouvernement Jospin de l’époque. Il affirme aujourd’hui, alors que rien n’a changé, un statu quo.

Le CCNE pointe de nombreux paradoxes, pose de bonnes questions mais donne de mauvaises réponses. Soulignons que le CCNE n’a auditionné que des opposants à l’ouverture aux mêmes conditions pour tous les donneurs.

Le CCNE propose d’attendre de nouvelles études sur la base de données provenant du modèle anglais exigeant une abstinence sexuelle d’un an des homosexuels et bi masculins. Nous demandons que des études soient menées sur le modèle de l’Italie qui prélève aux mêmes conditions tous les donneurs depuis 2001.

Enfin le CCNE rappelle qu’il n’est pas une agence de Santé et que son avis n’est que consultatif. Aussi nous invitons Manuel Valls à ignorer cet avis afin que Marisol Touraine soutienne l’amendement de parlementaires UDI et intègre dans son projet de loi Santé la promesse du candidat Hollande : ouvrir le don du sang aux homosexuels car « l’interdiction n’a aucune justification scientifique ».

Catherine Michaud

Présidente de Gaylib