GayLib quitte l’UMP

A l’occasion de son Assemblée Générale annuelle, les militants de Gaylib on voté en faveur de la rupture du contrat d’association signé en 2003 avec l’UMP, selon un projet politique développé par sa Présidente, Catherine Michaud.
La voix progressiste, libérale et humaniste que représentait Gaylib au sein de l’UMP n’était plus audible. C’est le constat amer de près de 10 ans de militantisme LGBT auprès du grand parti de rassemblement que fut l’UMP.

Des victoires sont à mettre à l’actif de ces 10 ans:

Victoires électorales; Gaylib avait pris toute sa part dans l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007 et avait pesé sur le projet législatif avec 2 mesures phares, le contrat d’union et le statut du beau-parent.

Victoires politiques ensuite grâce au courage politique de certains dont Roselyne Bachelot quand elle faisait sortir la transidentité des maladies psychiatriques ou de Michèle Alliot- Marie qui recommandait par circulaire ministérielle d’accorder un changement d’identité aux transexuels(les) sur un critère d’irréversibilité hormonale.

Victoires toujours avec les successives améliorations fiscales et patrimoniales du PACS.

Victoires, enfin avec la journée mondiale contre l’homophobie du 17 Mai, portée haut par Rama Yade, à l’ONU.

Malheureusement les 2 promesses du candidat Sarkozy ne seront pas mises en œuvre par le Président laissant à la communauté un goût bien amer.

Viennent ensuite les défaites, 2012 et la déroute du sarkozysme à laquelle Gaylib n’a pas pris part face au refus de mettre en œuvre, quand il en était encore temps, le contrat d’union et le statut du beau-parent.

Enfin, la débâcle de l’élection du nouveau Président de l’UMP qui fut de loin le spectacle le plus désolant qu’il soit donné de voir en politique et l’occasion d’un retour vers les ténèbres rarement vu en politique.

Que reste t’il des espoirs des LGBT de droite dans un parti d’opposition qui se déchire, qui érige la peur de l’autre en dogme et cristallise son opposition sur la seule proposition socialiste d’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples du même sexe alors que tant d’autres sujets exigent une prise de parole forte et argumentée.
Les positions et déclarations des dirigeants de l’UMP ne permettent plus aux militants de Gaylib de se sentir chez eux dans un parti réduit à son expression la plus rétrograde sans espoir de débat interne tant les positions semblent crispées.

L’humanisme républicain a déserté l’UMP comme bon nombre de personnalités de sensibilité de droite allant du centre aux libéraux qui avaient oeuvré au succès du rassemblement; citons Chantal Jouanno, Yves Jégo, anciens Ministres de Nicolas Sarkozy et tant d’autres qui animèrent les grandes heures de l’UMP.

A l’orée de ses 10 ans, c’est uni autour des valeurs et d’un projet que Gaylib prendra toute sa part dans la re fondation d’un échiquier politique rassemblant toutes celles et tous ceux qui voudront œuvrer à une république tolérante, juste et équitable qui encourage la responsabilité et le mérite, valorise les ressources humaines dans le respect de l’autre, l’écoute et le dialogue.

Historique

GayLib est une ancienne commission nationale de Démocratie Libérale destinée à évoquer les problématiques sociales et politiques liées à l’homosexualité. Suite à la fusion du RPR, de DL et d’une partie de l’UDF, GayLib a été un des mouvements fondateurs de l’UMP.

La mise en œuvre de ce mouvement a été encouragée et soutenue notamment par J.P. RAFFARIN, Premier Ministre, Philippe DOUSTE-BLAZY, Secrétaire Général de l’UMP, Alain JUPPÉ, ancien Président de l’UMP, ainsi que François BAROIN, secrétaire général délégué.

Les axes principaux de l’action de GayLib portent sur la création d’un débat au sein de l’UMP sur les questions sociales et politiques liées à l’homosexualité, sur l’accompagnement de la mise en œuvre de l’Autorité Indépendante contre les discriminations voulue par Jacques CHIRAC, sur la préparation du texte d’un projet de loi visant à pénaliser l’homophobie, sur l’amélioration du PACS, sur les problématiques liées à la parentalité. Nous nous attachons également à sensibiliser les membres du gouvernement, des élus et des parlementaires de notre formation politique aux problématiques liées à l’homosexualité.

Dans le cadre de ces objectifs, nous sommes déjà intervenus auprès du Premier Ministre, de membres du gouvernement, de l’entourage du Chef de l’Etat, ainsi qu’auprès d’un grand nombre de parlementaires.

Notre action a débouché sur la présentation d’un projet de loi visant à pénaliser les injures, les diffamations et les incitations à la haine homophobe et sexiste.

Nos actions de sensibilisation ont également eu un rôle significatif pour l’adoption de l’amendement Lellouche dont l’objet est d’aggraver les peines encourrues pour les auteurs d’agression dont le caractère homophobe est reconnu.

GayLib participe également au groupe de travail piloté par le ministère de la Justice destiné à proposer des améliorations au PACS.

Pour 2004, nos travaux portent essentiellement sur l’accès au mariage civil, sur l’amélioration du PACS, et sur les familles gays et lesbiennes.

Nous poursuivons néanmoins notre travail d’accompagnement du Gouvernement et de nos parlementaires, afin que le projet de loi contre l’homophobie puisse être présenté dans les meilleures conditions.

GayLib est ouvert à tous les sympatisants, militants et élus de l’UMP désireux de s’impliquer sur ces dossiers.

Nos réunions plénières sont mensuelles et accueillent des responsables de la direction de l’UMP, des parlementaires, des auteurs, des experts de toute nature… Nos commissions se réunissent régulierement en fonction de nos projets et de l’actualité. Enfin, des délégations régionnales sont en cours de création.

GayLib participe à la GayPride depuis 2002. Notre mouvement est une association loi 1901, signataire d’un protocole avec l’UMP de 2004 au 11/01/2013.