Lettre ouverte au Cardinal Bertone

ParL'équipe de Gaylib

Lettre ouverte au Cardinal Bertone

Eminence,

L’écoeurement le dispute à la surprise à la lecture de vos propos, qui affirment qu’il y a une relation entre homosexualité et pédophilie.

Ecoeurement devant les paroles d’un homme d’Eglise de votre stature qui va ainsi contribuer à répandre cette infamie. Infamie qui elle même propage l’homophobie et justifie l’exclusion, le rabaissement, parfois le meurtre, des personnes homosexuelles.

Surprise d’entendre dans la bouche d’un esprit aussi distingué que le votre, cette vielle antienne que l’on croyait réservée aux esprits les plus imbéciles ou primitifs.

Non, Eminence, la pédophilie n’est pas le monopole des homosexuels. Faut-il rappeler la longue liste de pervers hétérosexuels qui ont attaqué, violé, séquestré, torturé des jeunes filles et qui ont fait la une des journaux ces dernières années?
Je suis aussi très peiné de voir que cette Eglise qui se revendique universelle par son beau nom de Katholicos puisse encore stigmatiser les personnes homosexuelles comme des pervers per se, qu’il faudrait soigner, ce que sous entendent vos propos.

Je ne suis pas de ceux, Eminence, qui se réjouissent des accusations incessantes qui sont portées ces derniers temps contre l’Eglise catholique, et notamment contre le successeur de Pierre. Accusations souvent injustes ou disproportionnées. Mais ces accusations ne justifient en rien que vous trouviez, comme au bon vieux temps de l’Inquisition, un bouc émissaire à qui faire porter le chapeau de vos propres errements.

La dignité voudrait que vous retiriez vos propos, Eminence, et que vous demandiez pardon à tous ceux, et ils sont nombreux, que vous avez blessé.
Pardon aussi à tous ceux qui demain seront victimes de discriminations ou de violence car vos propos auront légitimé chez certains esprits frustres des comportements violents ou discriminatoires envers les personnes homosexuelles.
Pardon aussi à tous ceux, et ils sont nombreux, qui croient encore en l’Eglise catholique et qui se sont sentis insultés, rejetés, montrés du doigt.

Ce que vous venez de faire, Eminence, n’est pas un acte d’amour, mais un acte de haine. En cela, il n’a rien de catholique.

Emmanuel BLANC

À propos de l’auteur

L'équipe de Gaylib administrator