Foire aux questions autour du thème de l’homosexualité …

ParL'équipe de Gaylib

Foire aux questions autour du thème de l’homosexualité …

Que d’idées reçues sur l’homosexualités! Dans cette FAQ, nous avons essayé de répondre à quelques questions et affirmations.

Les homosexuels mettent en danger la natalité
Le mot a moins de cent ans, mais l’humanité a toujours connu l’homosexualité. Selon les cultures, elle est pratiquée de manière plus ou moins ouverte, mais l’on peut observer que les peuples qui la pratiquent plus volontiers ont une natalité aussi vivace que les autres. Plus évident encore, alors que les pratiques homosexuelles sont aussi vieilles que l’humanité, notre globe n’a jamais porté autant d’individus. La dénatalité homosexuelle est un mythe.

Les homosexuels sont dangereux pour la famille
Chaque citoyen homosexuel est un individu, et son intimité ne regarde que lui. Contrairement à certaines théories communautaristes répandues par certains activistes, les homosexuels n’obéissent pas plus à des mots d’ordre dans leur vie privée, que les autres français. En réalité, ils s’efforcent d’incarner au mieux les valeurs que leur ont transmises leurs parents, comme les autres. Ce n’est pas par hasard qu’une majorité d’entre eux désirent bâtir des couples, à l’image de leurs parents, qui participent dignement à la société. D’où un légitime souci de reconnaissance de leurs unions, et d’égalité de traitement de leurs couples.

D’où vient le mot « Gay » ?
L’acronyme GAY se réfère à « Good As You », « aussi bon que vous », slogan des activistes homosexuels luttant pour l’égalité des droits civiques aux Etats Unis dans les années soixante. Cependant, l’adjectif « gay » est utilisé pour la première fois en 1920 dans la littérature américaine par Gertrude Stein, se référant spécifiquement aux homosexuels parisiens efféminés, notamment les fameuses folles du Quartier Latin. Aujourd’hui, le mot utilisé en français dans son orthographe américaine désigne plus généralement les homosexuels masculins, les femmes homosexuelles préférant souvent le mot lesbienne.

Les pratiques homosexuelles transmettent le sida
Les statistiques montrent clairement qu’aujourd’hui, l’épidémie touche en majorité les hétérosexuels. Plus grave encore, alors que les activistes gays sont très impliqués dans la prévention, il apparaît que la population générale est très largement sous informée, et que la légende qui veuillent que seuls les homos soient affectés soit pour une bonne part des nouvelles contaminations de la plus grave épidémie du 20ème siècle, en particulier dans les pays du tiers monde.

Les homosexuels s’attaquent fréquemment aux enfants
La triste réalité des statistiques de la pédophilie montre que l’immense majorité des abus se produisent dans des relations hétérosexuelles. Plus grave encore, dans bien des cas, il s’agit d’inceste. Il serait d’ailleurs nécessaire de s’interroger sur le silence entourant ce triste bilan, qui montre la misère de trop nombreux enfants élevés pourtant dans l’ordre symbolique père et mère si souvent présenté comme indispensable au développement des enfants.

L’adoption par des homosexuels est dangereuse pour les enfants
L’adoption d’enfants par des homosexuels, en couple ou non, est légale dans plusieurs états américains, et en Californie depuis plus de vingt ans. On dispose donc de statistiques précises, et d’études sérieuses, sur le développement de ces enfants, qui montrent qu’ils grandissent parfaitement normalement, et ne sont pas plus souvent homosexuels que la population générale. Ce qui tend à contredire les théories de certains pédiatres, vraisemblablement mal informés, qui prétendent qu’un enfant ne peut se développer correctement qu’au sein d’un couple homme/femme. Plus empiriquement, on peut observer que des parents seuls, des couples de femmes (mère et fille, sœurs) ou d’hommes (père et fils, frères) élèvent dignement, et correctement des enfants dans toutes les sociétés depuis la nuit des temps.

L’union homosexuelle va détruire le mariage
L’institution est certainement beaucoup plus en danger du fait des mariés eux-mêmes, peut-être trop souvent engagés dans un mariage sans la réflexion nécessaire, que des malheureux homosexuels, qui vivent tranquillement leur union dans la paix de leur foyer. Le PACS a environ deux ans, et que l’on sache, les statistiques ne montrent pas de baisse du nombre de mariages, ni une augmentation massive des divorces.

Mais quelle est cette manie d’étaler ainsi sa vie privée ?
Certes, on peut remarquer que les activistes gays revendiquent fièrement leur homosexualité, au point d’en faire une fête annuelle, qui se trouve être devenue la plus large manifestation et de très loin, de notre capitale, et de la plupart de celles des grandes démocraties. Mais si les homosexuels s’affichent ce jour là en public, que dire des innombrables occasions où les couples mariés se manifestent de l’affection en public, sans que cela semble indécent ? N’affichent-ils pas ainsi leur vie privée de manière bien plus fréquente ? A propos d’afficher sa vie privée, que penser des portraits de famille des candidats aux élections ? Autant qu’on puisse en juger, les homosexuels dans leur immense majorité font preuve tout au long de leur vie d’une bien plus grande retenue en public.

L’homosexualité est-elle de gauche ?
Dans les milieux parisiens, mais aussi pour bon nombre de nos concitoyens, le vote de la loi sur le PACS a consacré l’image d’une gauche ouverte aux homosexuels, et d’une droite réactionnaire et conservatrice, cramponnée à une homophobie teintée de traditionalisme religieux. A telle enseigne que pour bon nombre de gens, être homosexuel, et de droite, est tout simplement impossible.
Pourtant, malgré cette impression malheureuse, la droite républicaine n’a pas toujours été aussi réactionnaire que certains voudraient le faire croire. C’est oublier par exemple que le vote des femmes a été une grande conquête gaullienne, ou que l’interruption volontaire de grossesse a été légalisée par le gouvernement de Mr. Giscard d’Estaing.
L’impression que la quasi-totalité des gays seraient de gauche est peut être suscitée du fait des médias spécialisés, dont un bon nombre sont publiés par des gens de gauche, voire des hommes politiques de gauche (cf. Têtu appartenant à Pierre Berger). Il faut ajouter que les associations gays, ont eu les plus extrêmes difficultés à rencontrer les personnalités de droite, l’exemple le plus criant étant la fin de non-recevoir opposée par le précédent Maire de Paris à toute entrevue en personne, malgré plusieurs demandes officielles. Il n’est pas étonnant dès lors qu’elles aient soutenu Bertrand Delanoë lors des dernières élections municipales.

Les homosexuels sont dangereux pour la société
On peut s’interroger sur cette notion, fréquemment répandue par des gens dont l’extrémisme semble souvent plus immédiatement dangereux pour la paix civile. De fait, les états les plus permissifs à l’égard de l’homosexualité peuvent être les plus productifs. Par exemple le plus riche état américain, la Californie. D’un point de vue plus strictement sociologique, ou darwinien, les homosexuels ayant moins d’énergie à consacrer à la reproduction, consacrent plus de temps au service de leurs concitoyens, dans les associations, la politique, ou d’autres projets altruistes.

Jamais l’électorat de droite ne pourra accepter les homosexuels
La droite n’est pas l’extrême droite, et ne doit pas se faire l’otage de la haine homophobe brandie comme épouvantail par certaines passionarias. Les homosexuels ne sont pas des extra-terrestres. Ils sont bel et bien nés dans des familles de tous les horizons politiques, souvent de droite, qui les aiment et les acceptent. Qui, en outre, se préoccupent de leur bien-être, et du respect qui leur est dû. Si les homosexuels eux-mêmes représentent plusieurs millions d’individus, il ne fait aucun doute que leurs familles et leurs proches prennent en compte les programmes des personnalités politiques dans ce domaine.

À propos de l’auteur

L'équipe de Gaylib administrator