Historique

L’origine de GayLib

GayLib était initialement une commission nationale de Démocratie Libérale destinée à évoquer les problématiques sociales et politiques liées à l’homosexualité. Suite à la fusion du RPR, de DL et d’une partie de l’UDF, GayLib a été un des mouvements fondateurs de l’UMP.

La mise en œuvre de ce mouvement a été encouragée et soutenue notamment par Jean-Pierre Raffarin, Premier Ministre, Philippe Douste-Blazy, Secrétaire Général de l’UMP, Alain Juppé, ancien Président de l’UMP, ainsi que François Baroin, secrétaire général délégué.

Les principales avancées des droits LGBT par des personnalités politiques de la droite et du centre-droit

    • En 2005, alors qu’il était Ministre des finances, Nicolas Sarkozy a supprimé le délai de 3 ans pour la déclaration commune de revenus. Cette disposition, voulue par la majorité précédente, était humiliante pour les pacsés et ne trouvait aucun fondement à ses yeux. Il s’en était entretenu, à l’époque, avec l’équipe de GayLib et avait fait rapidement voter cette décision lors de la loi de Finance suivante.
    • En 2005, Jean Pierre Raffarin crée la Halde et instaure la pénalisation des propos homophobes.
    • En 2007, pour la première fois dans l’histoire de la Ve République, un candidat de la droite faisait des propositions pour les LGBT dans son programme présidentiel.
    • Le 17 Mai 2008, le gouvernement français reconnaît la journée mondiale contre l’homophobie. En collaboration avec le Comité IDAHO, Rama Yade porte un discours historique à l’ONU pour la dépénalisation universelle de l’homosexualité.
    • En 2009, Roselyne Bachelot annonce que le transexualisme ne sera plus désormais une maladie mentale en France.
    • Les Ministres Luc Chatel et Xavier Darcos ont mené plusieurs campagnes de lutte contre l’homophobie dans les milieux scolaire et universitaire.
    • Les principaux leaders de l’UDI votent le mariage pour tous : JL Borloo, Y Jégo, JC Lagarde, C Jouanno, S Lagarde
    • En 2015 Arnaud Richard auditionne GayLib et soutient l’ouverture du don du sang aux HSH (Hommes ayant des relations Sexuelles avec des Hommes) par un amendement dans le projet de loi Santé.

 

GayLib a fait également un difficile travail explicatif, pédagogique : jamais la droite et le centre n’ont autant évolué sur nos sujets.

Nos batailles récentes

En 2013, GayLib a pris toute sa part de travail à droite et au centre pour soutenir la loi Taubira ouvrant le mariage et l’adoption aux couples homosexuels : débats en province et à Paris, manifestations et rassemblements de soutiens au texte, auditions à l’Assemblée Nationale par les rapporteurs Binet et Michel, par les Groupes UMP, UDI, des dizaines de parlementaires rencontrés.

Don du sang pour les homosexuels (rapport Veran), vieillissement des populations LGBT (rapport Delaunay), lutte contre l’homophobie, PMA, loi famille, l’équipe de GayLib est restée mobilisée après la loi Taubira.

En janvier 2013, GayLib quitte l’UMP devenue autiste, dépourvue de toute valeur humaniste. En septembre 2013, Catherine Michaud, Présidente de GayLib intègre le Comité Exécutif de l’UDI, GayLib deviendra quelques mois après mouvement associé à l’UDI.

2015, GayLib porte à l’orateur UDI pour le projet de loi de santé ses arguments en matière de don de sang des HSH. Arnaud Richard défend l’amendement voté à l’unanimité. Supprimé en commission au Sénat il est réintroduit et voté par un article par le sénateur UDI Olivier Cadic.

En 2016, GayLib travaille notamment avec Chantal Jouanno pour le CEC des personnes trans, libre, gratuit, en Mairie. Le CEC ne sera finalement que démédicalisé et non déjudiciarisé.

Primaires de la droite et du centre, comme l’UDI GayLib soutient Alain Juppé ; et ne soutiendra pas, jamais, François Fillon. Nous avons demandé le retrait de sa candidature suite aux affaires révélées par le Canard Enchainé.

Au second tour de l’élection présidentielle nous avons appelé à voter pour Emmanuel Macron, fidèles à nos valeurs républicaines et européennes.

Depuis la nouvelle législature, GayLib continue son travail. Nous avons rencontré Agnès Buzyn, Marlène Schiappa, la conseillère du Président de la République et du Premier Ministre Constance Bensussan.

Enfin, dans le cadre des Etats Généraux de la Bioéthique GayLib a été auditionnée par le CCNE en mars 2018.

Nous avons développé les sujets suivants :

  1. L’ouverture de l’Assistance Médicale à la Procréation- AMP – à toutes les femmes et aux mêmes conditions. Pour les couples de femme, notre priorité est d’obtenir et sécuriser la double filiation de l’enfant dès sa naissance.
  2. L’auto conservation des ovocytes afin que toutes les femmes puissent sécuriser leur fertilité.
  3. La retranscription intégrale à l’état civil français de la filiation des enfants issus de GPA établie légalement à l’étranger, pour la protection de ces enfants.