Archive mensuelle juillet 2019

ParGaylib

[COMMUNIQUÉ] PMA : des nouveaux droits et une nouvelle discrimination

PMA : des nouveaux droits et une nouvelle discrimination

GayLib se réjouit de voir enfin l’ouverture de la PMA à toutes les femmes présentée en Conseil des Ministres ce matin.
L’accès à la PMA devrait être prévu sans restriction et avec le même accompagnement de la sécurité sociale.
Pour la première fois la double filiation homoparentale sera reconnue hors mariage.

En revanche, GayLib considère que l’inscription de la déclaration anticipée de filiation sur l’acte de naissance intégral pour les enfants de couples de femmes est une intolérable stigmatisation.
L’acte de naissance d’un enfant n’est en aucun cas une retranscription de la réalité biologique, mais le premier acte définissant le cadre familial afin de protéger l’enfant par l’établissement de l’autorité parentale. Le maintien d’une telle disposition dans la loi est une violation du droit à la vie privée de ces enfants tout au long de leur vie.
La République doit protéger de la même manière tous ses enfants, quelles que soient les conditions de leur conception, sans distinction.

Nous appelons vivement le Gouvernement et la majorité à abandonner une telle discrimination pour les futurs enfants de couples de lesbiennes qui seront conçus par PMA en France.

De plus, nous nous satisfaisons de voir l’autoconservation des gamètes autorisée sans raison médicale, ainsi que l’ouverture de l’accès aux origines.

Enfin, GayLib participera au travail d’amendements notamment avec le Collectif PMA qu’elle a récemment rejoint.

Catherine MICHAUD
Présidente de GayLib

Secrétaire nationale du Mouvement Radical / Social-Libéral à la laïcité, l’égalité des droits et la lutte contre les discriminations
Élue de Paris

ParYM

La PMA n’attend plus !

Gaylib, l’APGL et HES s’associent pour demander l’ouverture de la PMA (Procréation médicalement assistée) pour toutes les femmes en France.
ParGaylib

Don du sang, réaction aux annonces du ministère de la Santé

Le ministère de la Santé vient d’annoncer ce jour l’évolution des critères du don du sang pour les Hommes ayant des relations Sexuelles avec des Hommes (HSH), passant de 12 mois à 4 mois d’abstinence sexuelle.
 
C’est un premier pas, mais qui reste une évolution insuffisante vers une égalité stricte, soit 4 mois de même partenaire sexuel, comme réclamée de longue date par Gaylib. 
 
Pour rappel, nous étions à l’origine de l’amendement porté par le député Radical Arnaud Richard et adopté lors de la loi de Santé promulguée en 2016, stipulant que « nul ne peut être exclu du don du sang, en raison de son orientation sexuelle ». L’évolution énoncée par le ministère de la Santé n’est toujours pas conforme avec l’esprit de cet amendement.
 
Cependant nous sommes satisfaits que le ministère précise que cette évolution n’est qu’une étape et que « l’idée est de revoir l’ensemble des critères pour tout le monde et de faire en sorte que ce soit, à l’horizon 2022, les comportements individuels qui soient pris en compte et non pas les populations ».
Il est important que cette réévaluation soit mentionnée dans le futur arrêté. Nous pouvons tout de même estimer que 2022 est lointain pour organiser cette réévaluation. Nous resterons vigilants à son effective mise en œuvre.

Catherine MICHAUD
Présidente de Gaylib
Secrétaire nationale du Mouvement Radical / Social-Libéral
à la laïcité, l’égalité des droits et la lutte contre les discriminations

Simon WATTEAU
Secrétaire Général & Délégué Santé de GayLib