Archives de catégorie 2001 – 2007

ParGayLib

LOI CONTRE L’HOMOPHOBIE: ET SI LA GAUCHE FAISAIT LA TETE ? ET SI LA DROITE FAISAIT LA FETE ?

Assister au vote d’une loi par une majorité de droite, alors même qu’elle fut réclamée à corps et à cris par la gauche à une époque où elle pouvait le faire mais s’y était refusée, reste certainement un moment difficile pour les élus de gauche et leurs relais, un peu débordés par le débat !

Car débat il y a eu ! Depuis 2 ans, les associations, les parlementaires, réfléchissaient à ce qui devait permettre de protéger la dignité et l’intégrité de tous sans pour autant entamer la liberté de la presse.

Solution fut trouvée, et grâce à la détermination du gouvernement, la loi fut votée le 8 décembre. Demain les choses ne seront plus les mêmes ! Nous pouvons être fiers qu’une majorité de droite en soit à l’origine.

Certes, quelques parlementaires UMP ont émis des réserves et des oppositions. Dans une démocratie quoi de plus normal ! Mais le débat a existé. Il a révélé quelques dernières outrances – isolées et condamnables – refermant le chapitre des mauvais souvenirs des débats sur le PACS. Pas complètement d’ailleurs, puisque décidément déterminé, ce gouvernement a entamé une large réflexion afin d’évaluer et d’améliorer ce dispositif insatisfaisant. Par ailleurs, Jean-Louis Debré, Président de l’Assemblée Nationale, a annoncé la création d’une mission sur les nouvelles structures familiales ! Quant au nouveau Président de l’UMP, il propose la création d’une convention sur « Familles et différences ». L’UMP serait-elle en train d’ouvrir les yeux?

C’est en tous cas le sens de notre engagement, à Gaylib, un engagement positif, pragmatique, d’un mouvement d’élus, de militants et de sympathisants de droite, que les sirènes de la gauche n’ont jamais trompés sur ces sujets !

L’arbre ne doit pas cacher la forêt. La gauche serait bien inspirée de reconnaître ces avancées, venues d’une majorité et d’un gouvernement qui, aujourd’hui, nous rendent fiers d’eux ! Assez de grimaces, assez de contorsions, assez de démagogie ! Lorsque la droite est convaincue, décidée et qu’elle assume courageusement sa réflexion sur des problèmes de société, elle sait se montrer réaliste. Elle l’a prouvée le 8 décembre !

ParGayLib

LES PROPOS HOMOPHOBES ENFIN HORS LA LOI

Les dispositions contre les propos homophobes et sexistes contenues dans la loi sur la HALDE ont été votées, en seconde lecture, par une majorité des députés UMP et nous nous en réjouissons.

GayLib s’est toujours déclaré confiant quant à l’issue du vote de ce texte qui procède d’une volonté affirmée depuis 2002 par le Président de la République et soutenue par le gouvernement.

GayLib tient à remercier toutes les personnalités qu’il a sollicitées et qui ont tout mis en oeuvre pour faciliter l’adoption de ces dispositions en écartant certains amendements inopportuns. Nous remercions tout particulièrement le Président de la République, le Premier ministre ainsi que Nicolas Sarkozy – Président de l’UMP-, Jean-Louis Debré – Président de l’Assemblée Nationale-, Dominique Perben –Garde des Sceaux-, Bernard Accoyer –Président du groupe UMP-, Pascal Clément –Président de la Commission des lois- ainsi qu’un grand nombre d’autres parlementaires UMP. Toutes ces personnes ont bien voulu entendre, ces derniers jours, nos arguments et ont témoigné d’une volonté commune de moderniser notre société afin que chacun puisse s’y sentir à l’aise.

Ce projet de loi devrait être définitivement adopté lors de son passage en seconde lecture au Sénat le 22 décembre prochain. Il marque une étape essentielle dans le respect que chacun doit accorder à son prochain afin de vivre harmonieusement en société.

Une majorité et un gouvernement de droite ont mené ce projet avec détermination. Nous sommes à leurs côtés pour les aider et les encourager à poursuivre dans cette voie en faveur de l’égalité des droits et des devoirs de tous nos concitoyens.

ParGayLib

DISPOSITIONS HOMOPHOBIE/SEXISME DU PROJET DE LOI SUR LA HALDE

LE DEBAT SERA SEREIN SUR LES BANCS DE L’UMP

Les représentants de GayLib ont été reçus hier et ce matin successivement par :
– Bernard ACCOYER (Président du Groupe UMP à l’Assemblée Nationale)
– Jean-Louis DEBRE (Président de l’Assemblée Nationale)
– et Pascal CLEMENT (Président de la Commission des Lois et Rapporteur du projet de loi).

Chacun d’entre eux nous a assuré que le débat de lundi et mardi prochains devrait être serein et de bonne tenue.
Ils sont confiants, comme nous le sommes, dans l’aboutissement de ce texte voulu par le Président de la République et porté par le Gouvernement.

Nous estimons que, dans sa rédaction actuelle, le texte garanti le libre débat sur toutes les questions de société touchant à l’homosexualité. En revanche, nous sommes opposés à l’amendement déposé par J-P. GARRAUD visant à limiter aux associations reconnues d’utilité publique la possibilité de se constituer partie civile. Ceci nous semble excessif et inopportun. Cet avis est également celui de Pascal CLEMENT –rapporteur de ce texte-.

Par ailleurs, Jean-Louis DEBRE nous a fait part de son intention de mettre en place une mission parlementaire sur la parentalité. Celle-ci portera notamment sur la situation des familles gays et lesbiennes et devrait être co-animée par un député de la majorité et un autre de l’opposition.

Le Président de l’Assemblée Nationale nous a indiqué qu’il était très important, pour lui, d’inciter ses collègues à regarder, de façon encore plus large, la société Française « en face », c’est-à-dire dans toutes ses réalités.

ParGayLib

LA SAGESSE ET LE DISCERNEMENT DU SENAT MONTRENT L’EXEMPLE

Le Sénat a adopté hier soir les amendements du gouvernement, contre les propos homophobes et sexistes, au projet de loi sur la Halde.

Dominique PERBEN –Garde des Sceaux- avait réaffirmé hier midi à GayLib la confiance qu’il avait dans le vote des sénateurs.

Nous tenons à remercier ces derniers, et particulièrement ceux de l’UMP, notre formation politique, qui par leur discernement ont contribué à protéger les femmes et les gays des injures, diffamations et dérisions publiques qui sont encore leurs lots quotidiens.

Nous ne doutons pas que ce vote positif, pour lequel seuls 10 sénateurs se sont exprimés contre, inspirera les députés lorsqu’ils en débattront les 7 et 8 décembre. Bernard Accoyer –Président du Groupe UMP à l’Assemblée Nationale- et GayLib feront ensemble le point sur ce texte le 1er décembre.

ParGayLib

LES FANTASMES NE L’EMPORTERONT PAS SUR LA REALITE

Après l’avis négatif de la Commission Nationale Consultative des droits de l’Homme (CNCDH) sur le projet de loi visant à réprimer les propos homophobes et sexistes, le gouvernement et GayLib sont déterminés à faire adopter l’essentiel des dispositions de ce texte.

A cet effet, le gouvernement a présenté, le 22 novembre, 4 amendements au projet de loi relatif à la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations actuellement en discussion au Sénat. Ces amendements reprennent la totalité des articles du projet de loi initial. Ils élargissent également la répression des propos sexistes aux injures et aux diffamations, ce qui correspond à ce que nous souhaitions ainsi que de nombreuses associations.

Il est pris en compte l’observation de la CNCDH visant à préserver la liberté de débat, que bien évidemment nous n’avons jamais souhaité entraver, dès lors qu’elle respecte la dignité et l’égalité de nos concitoyens gays et lesbiens. Ainsi, les provocations aux discriminations sont encadrées par les dispositions des art. 225-2 et 432-7 du code pénal qui évoquent notamment l’orientation sexuelle.

Au final, ce texte sera adopté plus rapidement qu’il n’était prévu. Son existence souligne que les accusations, proférées par certains ainsi que par la CNCDH, d’un risque de communautarisme accru et d’atteinte à la liberté d’expression ne sont que des fantasmes hypocrites et sans fondement.

Il ne sera donc pas dit, dans notre pays, que le fait d’injurier un gay sera une forme aboutie de liberté d’expression. Ces derniers jours, GayLib a multiplié ses interventions afin que ceci puisse devenir une réalité dans un pays moderne et libéré sur sa perception de l’homosexualité, n’en déplaise à certains.

ParGayLib

SALE PD ! » = LIBERTE D’EXPRESSION ?

GayLib condamne l’avis de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) souhaitant le retrait du projet de loi contre les propos homophobes et sexistes et soulignant que ce texte serait contraire au principe de la liberté d’expression.

Pour notre part, nous considérons qu’il ne relève pas de la liberté d’expression de pouvoir librement insulter, diffamer ou encore inciter à la dérision des homosexuels et des femmes.

L’avis de la CNCDH n’engage que ses membres. Nous sommes persuadés que le Président de la République et le Premier ministre auront à cœur de soutenir un texte qu’ils ont souhaité.

Nous appelons la majorité parlementaire à adopter ce projet de loi. C’est dans cette perspective que GayLib rencontrera dans quelques jours Bernard ACCOYER, Président du Groupe UMP à l’Assemblée Nationale.

ParGayLib

IMPOTS SUR REVENU : MEMES CONDITIONS POUR LES COUPLES PACSÉS QUE POUR LES COUPLES MARIÉS

La majorité a adopté l’article du projet de loi de finance qui aligne les conditions d’imposition sur le revenu des couples liés par un Pacs sur celles applicables aux couples mariés.

GayLib (*) tient à exprimer sa satisfaction quant à l’adoption par les députés du groupe UMP de cette disposition voulue par Nicolas SARKOZY dans le PLF 2005 et qui correspondait à une attente forte.

Lors d’un entretien accordé le 18 octobre dernier par le Ministre d’Etat aux représentants de GayLib, Nicolas SARKOZY a réaffirmé sa volonté déterminée et sincère de supprimer les discriminations auxquelles se heurtent encore nos concitoyens gays et lesbiens. A cette occasion, il a souhaité l’implication forte de GayLib afin d’accompagner cet objectif dans l’UMP de demain.

S’agissant du reste des dispositions du PLF 2005 et considérant les obligations qui lient les partenaires d’un Pacs, il nous semblerait équitable que le partenaire survivant puisse bénéficier des mêmes abattements que le conjoint survivant en matière de succession. Nous souhaitons que ce point puisse être examiné lors de la suite de la discussion du texte.

ParGayLib

UNE AVANCEE CONSIDERABLE POUR LE PACS

GayLib se réjouit de la présentation du projet de loi de finance pour 2005. Nicolas SARKOZY a présenté hier plusieurs mesures concernant le Pacs. Celles-ci nous semblent essentielles et vont dans le sens des conclusions de nos travaux.

Elles portent sur trois points :

– les partenaires d’un Pacs seront soumis à une imposition commune dès la première année (au lieu de 3 ans actuellement),
– il est proposé de supprimer la condition relative aux deux années de Pacs nécessaires pour l’application de l’abattement et du barème spécifiques aux donations consenties entre partenaires d’un Pacs. Il est proposé également d’étendre, sous les mêmes conditions que celles applicables au conjoint, le bénéfice de l’abattement de 20% sur la valeur vénale de la résidence principale.
– Enfin, il est proposé d’étendre le régime fiscal des Sarl de famille aux personnes liées par un Pacs.

Ces mesures constituent une avancée considérable, car :

– il s’agit de la première amélioration apportée au Pacs. Depuis son adoption en 1999, ce texte souffre de dispositions inéquitables (délais fiscaux, unicité du régime des biens etc.) et de particularités boiteuses (couples binationaux, lieu de signature du Pacs etc.) issues des contradictions et des petites hypocrisies de la majorité de l’époque sur ce sujet.
– Elles « répondent à un souci très fort de non discrimination » (discours du Ministre d’Etat).
– Elles tendent vers un alignement fiscal du Pacs vers le mariage.

Tout cela est une avancée significative pour les couples pacsés et participe notamment à la reconnaissance accrue des couples gays et lesbiens.

Nous souhaitons également que les partenaires d’un Pacs puissent bénéficier de l’abattement spécifique global de 50 000 EUR qui serait institué et s’appliquerait sur l’actif de succession reçu par les enfants et le conjoint survivant.

C’est un point que nous aurons l’occasion d’évoquer prochainement lors d’une réunion de travail que des membres du Bureau de GayLib auront avec Nicolas SARKOZY.

L’amélioration du Pacs est une priorité du Premier ministre et du gouvernement. Celle-ci portera également sur des mesures autres que fiscales. Ces pistes d’amélioration sont actuellement étudiées par le groupe de travail piloté à cet effet par le Ministre de la Justice et dont GayLib est membre.

ParGayLib

PROJET DE LOI CONTRE L’HOMOPHOBIE : GAYLIB AUDITIONNE PAR LA COMMISSION DES LOIS DE L’ASSEMBLEE NATIONALE

Issu à la fois de la volonté du Président de la République et du Premier ministre, et fortement influencé par les travaux et les propositions de GayLib (*), le projet de loi contre les propos discriminatoires à caractère sexiste ou homophobe arrive devant le Parlement. Il devrait être débattu dans le courant du mois de novembre.

GayLib a été auditionné par la Commission des Lois ce vendredi 10 septembre. Ceci a été l’occasion pour notre mouvement d’indiquer à Brigitte BAREGES –Députée UMP du Tarn-et-Garonne et rapporteur du texte- l’intérêt essentiel que nous portons à ce projet de loi.

Conformément aux recommandations dont nous avions fait part au Premier ministre ainsi qu’au Ministre de la Justice, le projet présenté au Parlement couvre bien les champs de l’injure, de la diffamation et de la provocation à la haine homophobe notamment dans les médias. Il s’agit là d’un dispositif essentiel qui, comme pour le racisme, ne fera pas disparaître du jour au lendemain l’homophobie dans notre société mais devrait à terme considérablement changer la perception que nos concitoyens peuvent avoir des gays et des lesbiennes.

Lors de cette audition nous avons proposé quelques idées complémentaires afin d’apporter une réponse à l’homophobie dans les relations professionnelles. Celles-ci pourraient trouver leur place dans loi à venir sur l’Autorité Indépendante contre les discriminations. Par ailleurs, nous avons souligné que nous étions favorables à la pénalisation des injures et des diffamations sexistes.

Enfin, nous avons été sensibles à l’écoute, à l’intérêt et à la curiosité de Brigitte BAREGES qui souhaite que ce texte puisse recueillir un large consensus au sein de l’hémicycle. Nous lui accordons notre confiance et notre soutien pour faire en sorte que ce texte puisse être présenté dans les meilleures conditions.

ParGayLib

CREATION D’UNE HAUTE AUTORITE INDEPENDANTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS ET POUR L’EGALITE : UNE ETAPE ESSENTIELLE EST FRANCHIE CONTRE L’HOMOPHOBIE

Jean-Louis BORLOO, ministre de l’Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale a présenté lors du dernier Conseil des Ministres le projet de loi portant création de la Haute Autorité contre les discriminations et pour l’égalité.

Depuis 2002, GayLib(*) a évoqué auprès de plusieurs membres du gouvernement ainsi que dans l’entourage du Président de la République, la nécessité pour notre pays de se doter d’une telle autorité.

Le Premier ministre nous avait indiqué en juillet 2003 que celle-ci serait débattue au Parlement dans le courant de l’année 2004 et qu’elle aura à connaître de toutes les formes de discrimination.

GayLib constate donc avec satisfaction que l’homophobie figure au nombre des discriminations retenues et que le calendrier relatif à cet important engagement du Président de la République et du gouvernement est bien respecté.

Nous notons avec intérêt que l’Autorité contre les discriminations fonctionnera comme une véritable autorité judiciaire. En effet, elle pourra prononcer des sanctions suite à la saisine de tout justiciable qui s’estimera victime d’une discrimination ou encore suite à une auto-saisine.

Ce dispositif complétera donc efficacement les dispositions de la loi visant à pénaliser les propos homophobes ou sexistes. Les deux textes devant entrer en vigueur en janvier prochain.